Stars, chansons et grande foule pour le meeting parisien de Nicolas Sarkozy

Publié le par Florian

Une pléthore de "people", la quasi-totalité des ténors de la droite et environ 30.000 personnes ont assisté dimanche à la grande réunion publique de Nicolas Sarkozy au Palais omnisports de Paris-Bercy dans une ambiance surchauffée.

 

14h45: les places assises sont déjà toutes occupées. Les jeunes UMP s'échauffent: "Sarko président!", "l'UDF avec nous!". Cinq minutes plus tard, une première ola embrase Bercy. "On va gagner!", scande la foule.

 

15h: une formidable ovation accompagne l'image de l'entrée de Nicolas Sarkozy, filmé à son entrée dans les coulisses en compagnie d'Enrico Macias.

 

Vingt minutes plus tard, la chanteuse Miss Dominique, révélée par l'émission de M6 "La nouvelle star", chauffe l'ambiance: "Est-ce qu'il y a des hommes célibataires dans la salle?"...

 

Des "people" se relaient ensuite pour chanter les louanges du candidat. "La France est un joyau. Au soir du 6 mai, nous allons t'offrir ce joyau. Il n'y a que toi Nicolas qui saura le faire briller", dit Henri Salvador.

 

Malgré un micro défaillant, Jean-Marie Bigard se moque de François Bayrou. "Il me fait penser à un tennisman éliminé en demi-finale à Roland Garros, qui reste sur le court central et il explique aux deux finalistes qu'ils ne savent pas bien jouer au tennis", lâche l'humoriste. "M. Bayrou, sortez du court central, une prochaine fois peut-être..."

 

Au même moment, Johnny Hallyday fait son entrée. Accompagné de son épouse Laeticia, le chanteur exilé fiscal en Suisse rejoint la tribune des invités, où se pressent les "people": les comédiens Jean Reno, Christian Clavier, Véronique Genest, Yves Rénier ou encore Charlotte Rampling, les chanteurs Carlos et Doc Gyneco, les sportifs Alain Prost, Brian Joubert, Jérôme Rothen, Bernard Laporte, Basile Boli ou Christophe Dominici... La télévision et la radio sont représentées par Arthur, Philippe Bouvard ou encore Thierry Roland.

 

Pendant ce temps, Nicolas Sarkozy va saluer les "plus de 10.000" personnes qui n'ont pu entrer dans la salle en compagnie de son ami Faudel, qui leur chante "Mon pays". A l'intérieur, Gilbert Montagné entonne "Ensemble on va gagner". Alain Juppé tape des mains.

 

A 16h, Dominique de Villepin fait son entrée en compagnie de Jean-Louis Borloo, un des prétendants à Matignon en cas de victoire de Nicolas Sarkozy. Le Premier ministre, qui faisait son unique apparition de toute la campagne à un meeting du candidat UMP, rejoint la quasi-totalité de son gouvernement, les présidents des deux Assemblées, Patrick Ollier et Christian Poncelet, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin ou encore Simone Veil.

 

Plusieurs "people" s'adressent à "leurs camarades de la rive gauche". "Le diable, c'est pas ici. Ici, c'est vachement bien", ose l'ex-Nul Dominique Farrugia.

 

Le philosophe André Glucksmann présente Nicolas Sarkozy comme "le candidat de l'ouverture de la société française". "On nous dit qu'il ne s'agit pas d'une élection présidentielle mais d'un référendum, qu'il s'agit de faire barrage à un monstre autoritaire, raciste. Il est exactement l'inverse de cette caricature", affirme M. Glucksmann.

 

Parmi les politiques, l'UDF Nicolas Perruchot ajoute son nom à la longue liste des parlementaires centristes ralliés à Nicolas Sarkozy.

 

Michèle Alliot-Marie et François Fillon se paient Ségolène Royal: "Nous n'avons pas besoin de quelqu'un qui change d'idées aussi souvent que de jupe", lance la ministre de la Défense. "Non Mme Royal, le drapeau, ce n'est pas sur les balcons qu'il faut les installer, c'est dans les coeurs qu'il faut les accrocher", attaque M. Fillon.

 

Source : Nouvel Obs

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Florian 04/05/2007 15:27

Bonjour Efk,
Contrairement au pseudo-meeting à Charlety de Mademoiselle Royal, Nicolas Sarkoy a tenu un vrai discours (visible sur le site Sarkozy.fr).

Efk 04/05/2007 12:37

Malgré le capital sympathie de certains de ces "people", le capital crédibilité n'est pas là! Autant faire venir des anonymes et leur demander de se prononcer en faveur du candidat.
Assister à une promo orchestrée comme un téléthon ne me donne vraiment pas envie de croire que tout est possible (pour ces VIP peut être, mais pour nous simples mortels?).

Efk 04/05/2007 12:37

Malgré le capital sympathie de certains de ces "people", le capital crédibilité n'est pas là! Autant faire venir des anonymes et leur demander de se prononcer en faveur du candidat.
Assister à une promo orchestrée comme un téléthon ne me donne vraiment pas envie de croire que tout est possible (pour ces VIP peut être, mais pour nous simples mortels?).