Nicolas Sarkozy Président

Publié le par Florian

Favori et vainqueur, Nicolas Sarkozy devient le sixième président de la Vème République. Une victoire avec 52,7% des voix, selon la dernière estimation TNS/Sofres pour RTL, qui vient parachever une campagne électorale où il a toujours paru dominer son adversaire directe. Avec 47,3% des suffrages, Ségolène Royal réalise un score plutôt faible et ne parvient pas combler son retard du premier tour.



En toute logique


Depuis la mi-janvier, pas un seul sondage ne le donnait perdant en vue d'un second tour l'opposant à Ségolène Royal. Les prévisions disaient donc vraies. Avec un score de 52,7% des voix, Nicolas Sarkozy signe un succès prévisible et confortable.

Grâce à une marge solide à l'issue du premier tour, le candidat de l'UMP abordait le second round en grand favori. Le débat du mercredi 2 mai n'aura pas suffi à inverser la tendance tout comme le rapprochement Royal/Bayrou. Avec son ton direct, son refus de tout tabou, sa conviction d'incarner "une droite décomplexée", il représente une rupture politique que cette campagne électorale aura su souligner.

L'ex-ministre de l'Intérieur arrive en tout cas au bout d'un parcours qui l'a conduit à la présidence de l'UMP, à Bercy, place Beauvau et désormais à l'Elysée. Il devient ainsi le sixième président de la Vème République, dès sa première tentative, et succède à Jacques Chirac. Porté par une impressionnante mobilisation (lire ci-contre) des électeurs, il réalise un score qui lui garantit une victoire incontestable et une parfaite légitimité.

Victoire qu'il faudra confirmer lors des élections législatives des 10 et 17 juin prochain. Avec une large majorité à l'Assemblée nationale, Nicolas Sarkozy bénéficierait alors d'un blanc-seing des électeurs français pour appliquer sa politique.


Sarkozy en rassembleur


Pour l'heure, l'UMP savoure sa victoire. Des milliers de sympathisants du nouveau président se sont très vite réunis à proximité de son QG, rue d'Enghien, mais aussi sur la place de la Concorde. Un désir de fête que Nicolas Sarkozy a célébré, lui aussi, mais avec une certaine retenu. A l'image de son allocution, aux alentours de 20h30.

Il a eu soin de se placer en rassembleur, réaction aux critiques qu'il a pu essuyer à la fin de la campagne. "Il n'y a pour moi qu'une seule France, je serai président de tous les Français". "Ce n'est pas la victoire d'une France contre une autre", a-t-il encore précisé en en appelant à tous les Français.

Mais "l'appel" de Nicolas Sarkozy ne se limite pas aux seules frontières du pays. Il s'est aussi adressé "aux partenaires européens" pour une relance du processus continental, aux Etats-Unis exprimant son amitié mais aussi les enjoignant à faire obstacle au réchauffement climatique. Son appel concernait aussi "tous les Africains" avec lesquels "nous allons décider ensemble d'une politique d'immigration maîtrisée et d'une politique de développement ambitieuse", a-t-il expliqué.

"Nous allons écrire ensemble une nouvelle page de notre histoire" a conclu Nicolas Sarkozy.


Quel avenir à gauche ?


La candidate socialiste essuie de son côté un revers évident. Incapable de troubler la marche en avant de son adversaire de droite, Ségolène Royal n'aura pas réussi à rassembler sur son nom les voix des électeurs de François Bayrou, objet de toutes les attentions depuis le 22 avril.

Se pose désormais la question de son avenir politique. Elle entend en tout cas "continuer" auprès des militants PS. Une déclaration qu'elle a faîte très peu de temps après l'annonce des résultats. "Quelque chose s'est levé qui ne s'arrêtera pas", a-t-elle encore lancé aux militants réunis à la Maison de l'Amérique Latine.

Consciente en tout cas des difficultés qu'elle aura à défendre, en interne, sa campagne. La candidate s'est dite prête à "assumer la responsabilité qui lui incombe désormais", se positionnant en leader de l'opposition. Elle a en tout cas, d'ores et déjà, posé les bases d'un renouveau du Parti socialiste. Avec quelles conclusions ? Impossible à dire pour l'heure.


A. Borne

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article