Journée chargée, hier ...

Publié le par Florian


 

 

Nicolas Sarkozy s'est attelé jeudi à sa tâche de futur président: rencontre avec les parlementaires UMP, première apparition aux côtés de Jacques Chirac, séance de travail non stop pour former le gouvernement.

 

M. Sarkozy a été officiellement proclamé président de la République par le président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré.

 

Le président de l'UDF François Bayrou, lâché par la plupart des députés centristes, a de son côté lancé le "Mouvement démocrate", dans la perspective des législatives.

 

Ce parti, dont la création sera formalisée lors d'un congrès "à l'automne", doit présenter des candidats dans toutes les circonscriptions. Les cas des députés UDF ayant rallié Nicolas Sarkozy après avoir soutenu M. Bayrou au premier tour restent à régler.

 

Dès 08H30, Nicolas Sarkozy s'est rendu à l'Assemblée nationale pour y rencontrer députés et sénateurs UMP.

 

Il ne pourra plus le faire dès sa prise de fonction, le 16 mai, la Constitution interdisant au chef de l'Etat de s'exprimer devant l'Assemblée et le Sénat.

 

Toutefois, M. Sarkozy a l'intention de réviser la loi fondamentale pour modifier ce point.

 

M. Sarkozy a insisté sur sa volonté "d'agir vite" et de constituer rapidement un gouvernement "ouvert" comprenant des personnalités de gauche et du centre. Selon son directeur de campagne Claude Guéant, il nommera le 17 mai son Premier ministre, qui devrait être François Fillon.

 

"La fidélité, c'est pour les sentiments, l'efficacité pour le gouvernement", a dit M. Sarkozy aux parlementaires.

 

Juste après la réunion avec les parlementaires UMP, le président élu a gagné ses bureaux provisoires, à deux pas du Palais-Bourbon, d'où il a continué à préparer son futur gouvernement.

 

Toute la journée ont afflué de nombreuses personnalités: outre Cécilia, future première dame, Alain Juppé, Valérie Pécresse, Christian Estrosi, ainsi que les UDF Hervé Morin, André Santini et Gilles de Robien, ces deux derniers ayant rallié M. Sarkozy avant le premier tour.

 

A la mi-journée, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy sont apparus pour la première fois côte à côte en public dans les jardins du Luxembourg, à l'occasion de la journée nationale de l'abolition de l'esclavage.

 

Le président sortant et son successeur avaient quitté l'Elysée à bord de la même voiture quelques minutes plus tôt.

 

En début d'après-midi, ils ont ensuite eu un entretien commun, à l'Elysée, avec le chef de la majorité parlementaire antisyrienne au Liban, Saad Hariri, qui s'est dit certain que M. Sarkozy poursuivrait la politique française au Liban.

 

"Le président élu Sarkozy a affirmé la nécessité de former un tribunal international pour l'assassinat de Rafic Hariri et de tous les autres qui ont été assassinés au Liban, et il a affirmé la nécessité de poursuivre les relations entre le Liban et la France" comme elles étaient "dans le passé avec le président Chirac", a dit M. Hariri.

 

Paris travaille à la création d'un tribunal à caractère international chargé de juger les auteurs de l'attentat contre Rafic Hariri, ancien Premier ministre et père de Saad Hariri.

 

L'agenda international du président élu commence à se remplir: jeudi, il rencontre à Paris le Premier ministre britannique Tony Blair. Il pourrait également, selon M. Guéant, rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel le 16 mai.

Publié dans Actualité

Commenter cet article